Le site du Centre d'Aviation Maritime Penzé (Saint-Pol de Léon, Finistère)

A l'automne de 1916, pour faire face à la guerre sous-marine, la Marine décida le déploiement de forces aériennes sur les littoraux.

Sur la côte nord-ouest de la Bretagne, un premier Centre d’aviation maritime (CAM) fut installé à Camaret, puis un Poste de combat (PC) vit le jour à Tréguier (en réalité sur la commune de Plouguiel) qui devint lui-même CAM en août 1917.

Le programme avait également prévu un autre PC sur l'île de Batz, mais le lieutenant de vaisseau Guierre qui commandait alors le CAM Tréguier finit par arrêter son choix sur la rivière de la Penzé dont l'embouchure est située à quelques milles à l'Est de Roscoff. Le 2 novembre 1917, l'autorisation était donnée d’y créer un PC au lieu dit "Passage de la Corde" sur la route de Saint-Pol à Morlaix.

Toutefois, un accord avait été signé le 31 décembre 1917 entre les marines française et américaine qui prévoyait une alternance des Centres français et américains. Il fut donc décidé que celui de Tréguier serait cédé à l'US Navy, tandis que le Poste de Combat de la Penzé deviendrait Centre à part entière, à mi route entre Tréguier et de l'Aberwrach (Plouguerneau), tous deux américains.

L'arrivée de près de 780 000 soldats américains à Brest entre novembre 1917 et la fin de la guerre, et l'ouverture d'une route destinée aux convois entre ce port et Cherbourg, avait en effet donné une plus grande importance à la côte nord de la région.

Il fallut attendre le 3 mars 1918 pour que les équipements du PC Penzé puissent être utilisés en opérations. En juillet 1918, le commandant les Patrouilles aériennes de Bretagne n'en décida pas moins l'entrée en service de la Penzé en tant que CAM. Le transfert commença le 1er août. L'enseigne de vaisseau Blanchard commandant le Poste de combat fut donc relevé de son commandement et le lieutenant de vaisseau Adelus, désigné pour commander le CAM.

 

Le CAM Penzé eut une vie opérationnelle courte par rapport à d'autres, mais il représente assez bien les difficultés que rencontrèrent les marins pour l'installation de la plupart de leurs unités d'aviation.

Trois opérations de bombardements peuvent être attribuées à ses équipages, même si elles ont été effectuées à l'époque du Poste de Combat.

De ces événements, il reste aujourd'hui deux slip-ways, encore utilisés par deux ou trois barques, et un vieux château d'eau en bordure de route entre Morlaix et Saint-Pol-de-Léon. Le bac a été remplacé par un pont, si bien que personne ne passe plus par le petit village situé en contrebas.

 

 

Bibliographie

- Thierry Le Roy La guerre sous-marine en Bretagne (1914-1918) Victoire de l'aéronavale, Auto-édition, Bannalec, 1990, 254 pages.

 - Thierry Le Roy Le CAM Penzé 1917-1918 - ou la vie d'un centre d'aviation maritime ordinaire, Avions n°41 à 43, août-octobre 1996.

 

 

Article précédent Accueil Article suivant